Revue d’histoire intellectuelle

Accueil > Sommaires > N° 27, 2009 Pensée coloniale 1900 > Un imaginaire colonial sans colonies. Les pavillons italiens de l’Exposition (...)

Un imaginaire colonial sans colonies. Les pavillons italiens de l’Exposition coloniale internationale et des pays d’Oure-Mer (Paris, 1931)

samedi 26 septembre 2015

CARLI (Maddalena)

Résumé

Le 6 mai 1931 fut inaugurée à Paris l’Exposition coloniale. Au lieu de s’aligner sur le « style indigène » adopté par les autres nations, les pavillons italiens proposèrent une coexistence de genres qui répondait mieux aux intentions de la dictature fasciste : cacher l’absence d’un présent colonial par le prestige du passé et les promesses de l’avenir. Le classicisme de la reproduction de la basilique érigée par Septime Sévère à Leptis Magna (Libye), les formes moyenâgeuses de l’édifice qui personnifiait les possessions coloniales dans la mer Égée et l’allure moderniste du pavillon Italia : la « conception cyclique » proposée par la Section italienne représente l’occasion de réfléchir au mythe de l’éternité de Rome et sur les possibilités ouvertes à sa fabrication par l’espace éphémère et fictif, sinon utopique, des expositions du XXe siècle.

Abstract

Colonial imagination without colonies : The Italian pavilions at the Exposition coloniale internationale (Paris 1931).

The Paris Colonial Exposition opened on May 6, 1931. Instead of following the “native style” adopted by most nations, the Italian pavilions brought together genres that responded better to the goals of the fascist dictatorship : to conceal the absence of a colonial present behind the prestige of the past and the promise of the future. The classicism of the reproduction of the basilica built by Septimius Severus at Leptis Magna (Libya), the medieval forms of the edifice personifying colonial possessions in the Egean Sea, the modernist allure of the Italia pavilion, and the “cyclical conception” of the Italian Section provide us with an occasion to reflect on the myth of eternal Rome and on the possiblities opened by the ephemeral and fictive, if not utopian space, of 20th century expositions.


Cet article a été publié dans Mil neuf cent, n° 27, 2009 : Pensée coloniale 1900, p. 147-164.
Auteur(s) : CARLI (Maddalena)
Titre : Un imaginaire colonial sans colonies. Les pavillons italiens de l’Exposition coloniale internationale et des pays d’Oure-Mer (Paris, 1931)
Pour citer cet article : http://www.revue1900.org/spip.php?article161

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?