Revue d’histoire intellectuelle

Accueil > Sommaires > N° 24, 2006 Le syndicalisme révolutionnaire La charte d’Amiens a cent (...) > Claudie Weill, Les cosmopolites. Socialisme et judéité en Russie (...)

Claudie Weill, Les cosmopolites. Socialisme et judéité en Russie (1897-1917)

vendredi 25 septembre 2015

Lectures

Claudie Weill, Les cosmopolites. Socialisme et judéité en Russie (1897-1917)
Paris, Éd. Syllepse, 2004, 174 + XIV p., ill. et glossaire

GIANINAZZI (Willy)

On doit cette étude concise à une historienne connue pour ses travaux sur la social-démocratie d’Europe centrale et de l’Est et pour l’attention qu’elle a toujours portée aux questions de l’identité nationale.
À elle seule, la Haskalah, ce mouvement des Lumières qui permit à l’intelligentsia juive de l’Empire russe d’échapper aux carcans du religieux, n’aurait pas suffit à la radicalisation de celle-ci sans les pogromes et les vexations réglementaires (assignation à résidence, numerus clausus dans les universités, etc.) qui empêchèrent à jamais la transition vers l’identité à trait d’union (Juif-Russe).
Quoique souvent rappelée dans les autobiographies en référence aux années de jeunesse, la judéité pose problème pour ceux des révolutionnaires qui se veulent universalistes et que l’auteure présente comme « cosmopolites ». La palette est cependant très large. À l’extrême – nous généralisons –, les Juifs bolcheviks professaient l’assimilation en niant une origine que la terreur stalinienne leur rappellera. Les Juifs menchéviks, plus nombreux, partageaient les mêmes vues, mais avec une conscience identitaire parfois plus prononcée. Le Bund, ayant son fief à Minsk, utilisait le yiddish pour atteindre le prolétariat juif tout en prônant l’autonomie culturelle de la nation juive. Proche du Parti socialiste révolutionnaire où militaient également des juifs de confession, le Serp (Parti socialiste ouvrier juif) se séparait de ce parti et du Bund par la revendication politique d’une Diète juive qui n’excluait pas dans l’avenir le regroupement territorial. Faisant prioritairement le choix du territorialisme, des composantes socialistes juives (Poale Tsion, Sionistes socialistes) se plaçaient au contraire dans la perspective du départ en Palestine.
Cette étude est partiellement prosopographique. Une ample partie est réservée au Bund, y compris dans l’exil.


Cet article a été publié dans Mil neuf cent, n° 24, 2006 : , p. 206.
Auteur(s) : GIANINAZZI (Willy)
Titre : Claudie Weill, Les cosmopolites. Socialisme et judéité en Russie (1897-1917) : Paris, Éd. Syllepse, 2004, 174 + XIV p., ill. et glossaire
Pour citer cet article : http://www.revue1900.org/spip.php?article107

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?