Revue d’histoire intellectuelle

Accueil > Sommaires > N° 24, 2006 Le syndicalisme révolutionnaire La charte d’Amiens a cent (...) > Jean Garrigues (ed.), Les grands discours parlementaires de la Troisième (...)

Jean Garrigues (ed.), Les grands discours parlementaires de la Troisième République, I, De Victor Hugo à Clemenceau, II, De Clemenceau à Léon Blum

vendredi 25 septembre 2015

Lectures

Jean Garrigues (ed.), Les grands discours parlementaires de la Troisième République, I, De Victor Hugo à Clemenceau, II, De Clemenceau à Léon Blum
Paris, Assemblée nationale-A. Colin, 2004, 217 et 152 p.

THIERS (Éric)

À l’heure où le Parlement entend imposer une forme d’histoire officielle qui illustre parfaitement ce rapport si étrange que la France entretient avec son passé, l’Assemblée nationale se penche sur son âge d’or en parrainant la publication chez Colin d’une collection d’histoire parlementaire consacrée aux « grands discours » de la IIIe République [1]. Nous appelions naguère dans cette revue à un renouveau de l’histoire parlementaire [2] ; cette entreprise engagée sous l’égide du Président de l’Assemblée ne pouvait dès lors que nous réjouir. C’est le cas non sans une certaine frustration cependant.
Le choix difficile opéré par Jean Garrigues, professeur à l’université d’Orléans, président du Comité d’histoire parlementaire et politique, et les historiens qui l’accompagnent dans ce projet, est de mêler à certains discours célèbres d’autres qui, l’étant moins, sont tout aussi intéressants. C’est un plaisir de retrouver cet art oratoire, aujourd’hui suranné, à travers les voix de Jaurès, Clemenceau, Briand, Barrès mais aussi de Henri de Kerillis ou Jean Zay. La lecture de ces morceaux de bravoure parlementaire, classés chronologiquement, est rendue aussi agréable qu’instructive grâce à la présentation très claire de chacun des débats dans lesquels ils s’insèrent, et ce malgré quelques coquilles qui apparaissent ça et là – Paul Reynaud n’est pas mort en 1916 et Alexandre Varenne (et non de Varenne), député du Puy-de-Dôme, né en 1870 et non en 1857, a quitté ce monde en février 1947 et non en 1946.
On regrettera toutefois qu’à la notion de « débat » – le propre du Parlement, surtout à cette époque – on ait préféré celle de « discours » qui met en lumière un seul orateur, le plus souvent. On aura ici une pensée amicale pour Michel Mopin, ancien directeur de la Bibliothèque du Palais Bourbon, disparu l’an passé, qui avait su, dans un ouvrage qui fait référence [3], présenter justement ces débats d’une manière subtile, autour de thèmes comme « Le regard du Parlement sur lui-même », « Les débats institutionnels », « La politique étrangère » ou « La politique coloniale » dont il aurait pu d’ailleurs écrire un nouveau et savoureux chapitre. Pour qui connaît un peu le Parlement, l’intérêt des séances tient dans la vivacité des confrontations, parfois brutales, cruelles. Les textes proposés ici apparaissent donc comme une forme édulcorée de la joute parlementaire, conformément à l’esprit du temps.
L’heure est aujourd’hui à la mémoire, phlegmon de l’histoire. C’est la marque d’une triste époque. Ces ouvrages qui s’adressent à un large public et relèvent d’une conception très classique de l’histoire politique, participent de cette commémoration nostalgique. Ils ne témoignent pas totalement de l’action résolue menée par le Comité d’histoire parlementaire et politique depuis quelques années en faveur d’un renouveau des études parlementaires, à travers des séminaires, des colloques, une revue, etc. Ne boudons pas cependant notre plaisir. La lecture des discours ainsi proposés est très plaisante et souvent émouvante. Si elle peut susciter un intérêt nouveau pour le Parlement, celui d’hier et, pourquoi pas – d’un naturel optimiste, on en forme l’espoir – d’aujourd’hui, ces publications auront atteint leur but louable.


Cet article a été publié dans Mil neuf cent, n° 24, 2006 : , p. 207-208.
Auteur(s) : THIERS (Éric)
Titre : Jean Garrigues (ed.), Les grands discours parlementaires de la Troisième République, I, De Victor Hugo à Clemenceau, II, De Clemenceau à Léon Blum : Paris, Assemblée nationale-A. Colin, 2004, 217 et 152 p.
Pour citer cet article : http://www.revue1900.org/spip.php?article108


[1Notons qu’un autre volume est également consacré aux grands discours parlementaires au XIXe siècle.

[2Voir dans le n° 20, « Pour une histoire du Parlement : les leçons de Péguy ».

[3Michel Mopin, Les grands débats parlementaires de 1875 à nos jours, Paris, La Documentation française, coll. « Notes et études documentaires », 1988, 548 p.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?