Revue d’histoire intellectuelle

Accueil > Sommaires > N° 13, 1995 Les intellectuels catholiques. Histoire et débats > Avant-propos JULLIARD (Jacques)

Avant-propos JULLIARD (Jacques)

lundi 21 septembre 2015

Pourquoi un numéro spécial sur les intellectuels catholiques en France ? Pour une raison bien simple : parce que le sujet, dans sa globalité, est pratiquement inédit. Au moins n’avons-nous pas été gênés, dans la préparation de ce travail collectif, par nos prédécesseurs. On ne nous en voudra pas, dans ces conditions, de présenter un ensemble nécessairement incomplet, qui s’efforce pourtant, grâce en particulier à l’interview de René Rémond, de balayer la totalité du champ, quitte à l’illustrer ensuite par des études particulières. Celles-ci visent en priorité à repérer les principaux nœuds d’un débat intellectuel qui a été posé au début du siècle et qui s’est épanoui au cours de la période suivante, c’est-à-dire l’entre-deux-guerres.

C’est l’occasion de souligner une fois de plus le caractère fondateur des vingt-cinq années qui précèdent 1914. Dans des domaines aussi divers que le socialisme, mais aussi la science, la littérature, la musique, la peinture et, nous le voyons ici, la religion, tous les grands débats qui vont agiter le siècle ont été posés avec une lucidité souvent prophétique au cours de la période précédente. Mil neuf cent, c’est aussi cela : ce moment séminal que nous ne nous lassons pas d’interroger.

Et l’avenir ? Dès la fin de l’année 1996, nos lecteurs trouveront dans la prochaine livraison de la revue l’ensemble des contributions qui ont été données à notre journée-table ronde du 2 février 1996 sur le thème général : « Des critiques du progrès aux pensées de la décadence ». Cette journée fut un succès, non seulement à cause d’une fréquentation qualitativement et quantativement importante, mais surtout parce qu’elle nous a permis de voir plus clair sur un sujet difficile, touffu, que nous commençons à débroussailler, et qui lui aussi commande l’entrée dans notre modernité. C’est en effet dans le fameux quart de siècle antérieur à 1914 qu’apparaît un véritable rebroussement de la marche triomphale vers le progrès que l’esprit encyclopédiste d’un Condorcet avait cru entrevoir à la fin du XVIIIe siècle, et qui avait tenu lieu d’hypothèse commune à la plupart des grandes pensées du siècle suivant. Sur ce point comme sur le précédent, nous sommes curieux d’avoir les réactions de nos lecteurs.

Et comme à travers les idées, ce sont les hommes que nous cherchons à connaître, on ne s’étonnera pas que l’un de nos sujets d’études prochains portera sur les anti-intellectualismes des intellectuels. Sujet typique de notre période, sujet aussi d’une grande actualité. A bientôt donc.


Cet article a été publié dans Mil neuf cent, n° 13, 1995 : Les intellectuels catholiques.
Histoire et débats, p. 3-4.
Auteur(s) : JULLIARD (Jacques)
Titre : Avant-propos
Pour citer cet article : http://www.revue1900.org/spip.php?article23
(consulté le 21-09-2015)

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?