Revue d’histoire intellectuelle

Accueil > Sommaires > No. 39, 2021. Les langues de l’internationalisme ouvrier (1850-1950) > Javier ALCALDE, Vers une fraternité universelle

Javier ALCALDE, Vers une fraternité universelle

Vingt ans de débats autour de l’espéranto dans les milieux anarchistes (1887-1907)

samedi 25 décembre 2021

RESUME
L’espéranto a-t-il offert une alternative à la diversité des langues pour les mouvements ouvriers ? Créée par Louis-Lazare Zamenhof en 1887, cette langue nouvelle rejoint les préoccupations formulées par les mouvements utopistes de la première moitié du XIXe siècle. Mais si les partis ouvriers organisés tiennent cette langue à distance, qu’ils associent aux philanthropes bourgeois, elle est appropriée par des groupes militants, et plus particulièrement par les anarchistes. Ces derniers suivent des cours du soir dans les locaux des syndicats et des centres socioculturels populaires, et entretiennent des correspondances avec des travailleurs d’autres pays grâce à cette langue internationale. À partir de 1907 surtout, ils en font un symbole de la fraternité universelle qu’ils appellent de leurs vœux.
ABSTRACT
Towards universal fraternity. Twenty years of debates on Esperanto among anarchist circles (1887-1907)
Did Esperanto provide an alternative to the diversity of languages in working class movements ? This new language, created in 1887 by L.L. Zamenhof, echoed the concerns of Utopist movements in the first half of the 19th century. But while organized working-class parties kept it at bay for its purported links with bourgeois philanthropists, it was appropriated by militant groups, and more specifically by anarchists. The latter followed night classes held in union buildings and popular socio-cultural centers, and exchanged letters with workers from other countries thanks to that international language. From 1907 especially, it became a symbol of the type of universal fraternity they were hoping to see.