Revue d’histoire intellectuelle

Accueil > Sommaires > N° 32, 2014 Sorel méconnu > Avant-propos

Avant-propos

lundi 21 septembre 2015

Sorel inconnu, méconnu, reconnu

JULLIARD (Jacques)

Inconnu du grand nombre et méconnu du petit, Georges Sorel pourrait bien avoir été post mortem la meilleure illustration du concept qui l’a sauvé de l’oubli : celui de mythe. Il y a un mythe sorélien, ou si l’on préfère, une légende sorélienne, sulfureuse et limitée à quelques idées-forces qui n’ont pas tenu dans sa vie et dans son œuvre la place qu’on leur attribue souvent : le mythe justement, en particulier celui de la grève générale, ainsi que la violence. Résultat : Sorel a l’image d’un monomaniaque, alors qu’il était un touche-à-tout !

C’est ce que démontre, de façon que l’on espère définitive, le dossier que nous présentons ici. Ingénieur de son métier, il aura été à la fois un praticien et un théoricien de la technique (hydraulique et ferroviaire) ; un philosophe réfléchissant sur le travail, notamment sous ses aspects psychophysiologiques, sur l’esthétique, sur l’histoire des religions, sur la science de son temps et finalement sur la philosophie elle-même, à travers le cas du pragmatisme. Sans parler évidemment de l’aspect le plus connu de son œuvre : sa réflexion sur le prolétariat et sur le syndicalisme, dont il se veut, non le théoricien, mais plus modestement le sociologue. De ce point de vue, l’homme dont il est le plus proche, et sur lequel il a beaucoup réfléchi, est évidemment Giambattista Vico. C’est en vérité toute l’œuvre de Sorel qui pourrait être placée sous la rubrique générale, chère à Vico, de « science nouvelle ». Comme lui, il est plus naturellement attiré vers ce qui est obscur que vers ce qui est clair ; vers ce qui est en train de se faire plutôt que vers ce qui est déjà accompli. Sa curiosité, son ambition sont encyclopédiques, mais ce qui l’intéresse au premier chef, c’est une encyclopédie du vivant.

Alors, Sorel serait-il un spécialiste des généralités, un « toutologue » comme disent les Italiens, avec la charge d’ironie que comporte ce néologisme ? Non pas. Car il ne se contente pas de parcourir à grandes enjambées les avenues du savoir de son temps. Il ne craint pas d’entrer dans le détail et de se mesurer aux spécialistes. La preuve du sérieux de ses enquêtes nous est fournie par le dossier ci- dessous. Alice Ingold n’est pas une sorélienne tombant sur les études d’hydraulique de son auteur préféré. C’est l’inverse : c’est une spécialiste des eaux qui, découvrant des travaux de qualité, se demande tout à coup si l’auteur de ces travaux, un certain Georges Sorel, ne serait pas le même que celui des Réflexions sur la violence. Et ainsi de suite. La plupart des auteurs de ce numéro sont partis de leurs propres centres d’intérêt pour découvrir à un moment donné Georges Sorel.

On ne saurait donc oublier que celui-ci, dont la vie et l’œuvre se déploient à la fin du xixe et au début du xxe siècle, est contemporain de tous les spécialistes qui, au spectacle du développement des sciences sociales de l’époque, se posent la question essentielle de l’unité de ces sciences. C’est en 1900 qu’Henri Berr, en réaction au positivisme historique régnant, fonde la Revue de synthèse, et qu’à la même époque François Simiand s’interroge sur la place de l’histoire dans l’ensemble des sciences humaines. Sorel ne participe pas à ce mouvement, mais il est comme eux très critique à l’égard d’une « petite science » qui s’épuise dans l’érudition. Il a le souci constant de mettre en relations les uns avec les autres les différents apports des sciences sociales de son temps. C’est, par tempérament personnel, un « passeur », comme en témoigne son abondante correspondance : passeur entre les foyers intellectuels nationaux, passeur aussi entre les disciplines, comme chacun pourra le voir à la lecture de ce numéro. Que l’on se reporte par exemple à sa correspondance avec Benedetto Croce, et l’on se convaincra que sa curiosité est quasi universelle à l’égard des diverses branches d’une science sociale en voie de constitution. C’est un homme du xixe qui se pose en des termes souvent saisissants les problèmes du xxie siècle. C’est cet essayiste encyclopédique, beaucoup plus que le théoricien de la grève générale, qui fait de lui notre contemporain, y compris en termes de religion. Ce rationaliste a compris que l’éclipse du spirituel qui caractérise la IIIe République commençante ne pourrait être que provisoire. Rien ne l’agace plus qu’une religion inscrite dans les limites de la pure raison, selon le schéma de Renan et de Loisy. Le modernisme catholique, celui de Loisy justement, suscite chez lui sarcasmes et hostilité : cet agnostique a la sensibilité d’un catholique traditionaliste, doublée d’un être d’une extrême pudeur quant aux questions sexuelles, à l’instar de Proudhon lui-même. On ne dira jamais assez l’extraordinaire sensibilité de ces misanthropes bourrus. En témoignent les lettres adressées à Salomon Reinach, où passées les politesses académiques telles qu’on les pratique à l’époque, Sorel paraît n’avoir qu’un souci : sauvegarder, à l’intérieur même de la vision positiviste de la religion, qui est celle de l’auteur d’Orpheus, ce qui peut être sauvé du traditionalisme catholique : le légendaire des saints qui appartiennent autant à l’Église de France qu’à l’Histoire de France, de saint Louis et Jeanne d’Arc jusqu’à saint Vincent de Paul et l’ancienneté de la présence réelle dans l’eucharistie : un défenseur de l’orthodoxie catholique ne ferait pas mieux : on se reportera ici à l’indispensable introduction d’Hervé Duchêne.

Sorel n’a jamais eu de son temps la reconnaissance publique dont jouissaient ceux qui furent ses principaux interlocuteurs, de Bernstein en Allemagne à Croce et Antonio Labriola en Italie, en passant par Lafargue et Péguy en France. De ce point de vue, sa destinée posthume n’est guère différente de celle qui fut la sienne de son vivant. Et pourtant, il reste un carrefour indispensable, fût-il peu visible et mal signalé, et de ce fait plein de périls. En témoigne ici l’article du philosophe polonais Piotr Laskowski qui synthétise son ouvrage confrontant les idées de Sorel avec la philosophie politique radicale à l’époque contemporaine. Centralité et invisibilité sont les deux aspects surprenants, mais complémentaires de sa situation. Qu’il s’agisse de Gilles Deleuze et Félix Guattari, d’Alain Badiou, de Giorgio Agamben et de nombre d’autres penseurs de la radicalité, comme on dit, le constat est le même : Sorel n’est pas une référence, c’est un point de fuite. Sorel est intempestif, c’est-à-dire à contretemps.

Est-ce à dire qu’il n’est pas lu ? L’existence de cette revue serait, s’il en était besoin, la preuve du contraire. C’est pourquoi on prendra connaissance avec intérêt des analyses d’Alain de Benoist qui, lui, a pris la peine de se confronter directement à Sorel et qui y a trouvé une stimulation exceptionnelle. Sorel pensait dangereusement, hors des sentiers battus, sur des pistes mal tracées en bordure des précipices. Ces itinéraires solitaires sont la condition pour secouer le voile des apparences. Les êtres et les choses y paraissent dans leur nudité et dans leurs contradictions. L’enquête que nous commençons avec cette interview sera, à n’en pas douter, la confirmation de cette rude contrainte : penser, c’est prendre des risques [*].


Cet article a été publié dans Mil neuf cent, n° 32, 2014 : Sorel méconnu, p. 3-6.
Auteur(s) : JULLIARD (Jacques)
Titre : Avant-propos : Sorel inconnu, méconnu, reconnu
Pour citer cet article : http://www.revue1900.org/spip.php?article43
(consulté le 21-09-2015)


[*Ce numéro a été coordonné par Michel Prat et Willy Gianinazzi.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?