Revue d’histoire intellectuelle

Accueil > Sommaires > No. 39, 2021. Les langues de l’internationalisme ouvrier (1850-1950) > Marie-Cécile BOUJU, Le Parti communiste français, un éditeur cosmopolite (...)

Marie-Cécile BOUJU, Le Parti communiste français, un éditeur cosmopolite (1920-1939) ?

samedi 25 décembre 2021

RESUME
À partir de 1919, la diversité des langues des mouvements ouvriers paraît surmontée par le mouvement communiste et le Komintern qui centralise une propagande rayonnant à partir du russe. En France, le parti communiste, lié à la IIIe Internationale, serait le vecteur de cette diffusion par la mise en place dans les années vingt d’un service de propagande structuré. Dans l’entre-deux-guerres, le parti renforce ainsi une organisation éditoriale dont l’étude bibliométrique adoptée donne la mesure, tout en la nuançant. Si le russe devient la langue de l’Internationale, elle n’est pas celle des militants communistes français, peu intéressés par les traductions.
ABSTRACT
The French Communist party – a cosmopolitan publisher (1920-1939) ?
From 1919 onwards, the diversity of languages of working-class movements seemed to be overcome by the Communist movement and the Komintern, which centralized and spread Russian-speaking propaganda. In France, the Communist party – linked to the Third International – became the main vehicle for this diffusion through the setting up of a well-structured propaganda service in the 1920s. Between the two World wars, the party strengthened its editorial organization, a fact which this bibliometric analysis helps to evaluate and qualify. If Russian then became the language of the Communist International, it wasn’t that of French activists, who cared little for translations.