Revue d’histoire intellectuelle

Accueil > Sommaires > N° 31, 2013 Dernières nouvelles de l’âge d’or. Entre passé et futur > Les mondes perdus de Charles Péguy. Un mythe intime et universel

Les mondes perdus de Charles Péguy. Un mythe intime et universel

samedi 26 septembre 2015

Les mondes perdus de Charles Péguy
Un mythe intime et universel

THIERS (Éric)

Résumé

Si l’idée de l’âge d’or n’apparaît pas comme telle dans l’œuvre de Péguy, elle structure sa pensée selon un mode très personnel. Ce mythe politique se caractérise ainsi : un rapport inquiet au temps et à l’histoire reposant sur la réfutation de l’idée de progrès ; le rejet de la société marchande et bourgeoise, synonyme de décadence et de corruption ; l’exaltation d’un passé révolu et d’une société ancienne où régnaient l’harmonie sociale et la pureté. Comme tous les mythes politiques, il se forme à la jonction d’un univers personnel, intime, nostalgique, celui de Péguy, et d’une vision plus universelle de la marche des civilisations. Face à la rupture absolue que constitue le monde moderne par rapport à ses mondes perdus, Péguy oppose une espérance fondée sur l’utopie de la cité harmonieuse, dont il demeure le citoyen égaré.

Abstract

Charles Péguy’s lost worlds : An intimate and universal myth.

The idea of a golden age does not appear, in Peguy’s works per say. Nevertheless, it did structure his thinking in a very personal way. His political mythology is manyfold. His concern with time and history went hand in hand with a refutation of the idea of progress. He rejected bourgeois society and its mercantile values which he saw as signs of decadence and corruption. He gave an idealized vision of the past and a society characterized by harmony and moral purity. As with every political myth, Peguy’s combined his personal influence – imbued with intimacy and nostalgia – with a more universal vision of the advance of civilizations. Péguy’s lost worlds were a response to the dramatic changes brought up by the advent of modernity. He hoped for a utopian and harmonious society, of which he would remain a wandering citizen.


Cet article a été publié dans Mil neuf cent, n° 31, 2013 : Dernières nouvelles de l’âge d’or. Entre passé et futur, p. 25-52.
Auteur(s) : THIERS (Éric)
Titre : Les mondes perdus de Charles Péguy : Un mythe intime et universel
Pour citer cet article : http://www.revue1900.org/spip.php?article200

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?