Revue d’histoire intellectuelle

Accueil > Sommaires > N° 31, 2013 Dernières nouvelles de l’âge d’or. Entre passé et futur > L’âge d’orJULLIARD (Jacques) LINDENBERG...

L’âge d’orJULLIARD (Jacques) LINDENBERG...

samedi 26 septembre 2015

L’âge d’or

JULLIARD (Jacques)
LINDENBERG (Daniel)
Entretien animé par Marie Laurence NETTER

Résumé

De quand date le grand retournement qui va désormais situer l’« âge d’or », non pas dans un paradis perdu loin dans le passé, mais dans un avenir radieux ? C’est ce que se sont demandé les deux « débatteurs ». Il leur a semblé que le champ des hérésies médiévales européennes pouvait apporter, comme l’avaient pressenti Ernst Bloch et Henri de Lubac, une grande partie de la réponse. Le nom le plus souvent cité est, dans cette perspective, celui du moine franciscain Joachim de Flore (ca. 1130-1202), qui envisageait dans un schéma trinitaire historicisé un âge de l’« Esprit » (après ceux du Père et du Fils) où l’Église en tant que telle disparaîtrait alors que le règne de l’égalité adviendrait. Il est tentant, et beaucoup ont franchi le pas, de voir dans les utopies modernes une sécularisation de cette vision eschatologique. Mais des difficultés demeurent, car les mouvements révolutionnaires modernes supposent une intervention de la volonté humaine absente du schéma joachimite (et d’autres qui lui sont apparentés).

Abstract

The Golden Age

When did the great switch occur, which meant that the “golden age” was now to be conceived of as a moment in a promising future and no longer in a long gone paradise ? That is what our two debaters have asked themselves. It seemed to them that the field of study of European medieval heresies could answer this question in part, as foreseen by Ernst Bloch and Henri de Lubac. The most commonly cited name in this regard is that of Franciscan monk Joachim de Flore (ca. 1130-1202), who, through a historicized Trinitarian scheme, envisioned an era of the “Spirit” – after those of the Father and the Son – by which the Church as such would vanish as the age of equality would dawn. It is tempting to see modern utopias as a secularization of this eschatological vision, and many have said so. Some difficulties remain, however, for modern revolutionary movements imply that human will be at work, an idea which does not pertain to Joachim’s scheme (and others like it).


Cet article a été publié dans Mil neuf cent, n° 31, 2013 : Dernières nouvelles de l’âge d’or. Entre passé et futur, p. 9-24.
Auteur(s) : JULLIARD (Jacques), LINDENBERG (Daniel), Entretien animé par Marie Laurence NETTER
Titre : L’âge d’or
Pour citer cet article : http://www.revue1900.org/spip.php?article199

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?