Revue d’histoire intellectuelle

Accueil > Sommaires > N° 30, 2012 Le réformisme radical. Socialistes réformistes en Europe (...) > L’antiréformisme de la minorité de guerre et la naissance du Parti communiste (...)

L’antiréformisme de la minorité de guerre et la naissance du Parti communiste en France (1914-1925)

samedi 26 septembre 2015

DUCOULOMBIER (Romain)

Résumé

Cet article a pour but de déterminer le rôle de l’anti-réformisme dans la naissance du Parti communiste en France en 1920. Il s’agit de décrire l’appropriation, la déformation et le redéploiement des argumentaires anti-réformistes par la relève militante et générationnelle de l’immédiat après-guerre, rassemblée sous le nom de « minorité de guerre ». Dans un premier temps, cette contribution étudie les conditions de formation, à la fin du xixe siècle, d’un discours anti-réformiste structuré, autour d’enjeux essentiels des organisations socialistes et syndicales naissantes, comme la représentation politique. Elle décrit, dans un second temps, la reconfiguration de cet héritage pendant la Première Guerre mondiale, par une génération de militants qui traverse une véritable « crise de conscience » et pour laquelle 1914 devient une césure radicale. L’anti-réformisme s’avère être un véhicule privilégié de la pénétration des idées bolcheviques en France. Après 1920, cet anti-réformisme est réinvesti par le Parti communiste : il inspire certaines des mesures essentielles des communistes à l’égard, par exemple, des élus. Il conclut à l’efficacité indéniable, et à l’attraction positive que cet anti-réformisme a exercée sur la « génération de l’armistice » fondatrice du Parti communiste en France.

Abstract

This article deals with the impact of anti-reformism in the birth of the French Communist Party in France at the beginning of the 1920s. It describes the various processes of reappraisal and redeployement of a wide range of anti-reformist ideas by a new generation of young revolutionary militants, eager to overthrow their former socialist leaders. This paper therefore examines the formation of anti-reformist discourse in the late 19th-century around key issues of nascent socialist organizations and trade unions, such as political representation. It then describes the reinstatement of this heritage during the First World War by a generation of militants known as the “minorité de guerre” and striken by a deep crisis of their “socialist conscience” after the collective collapse of 1914. Anti-reformism is thus a key issue in the massive transfer of Bolshevik ideas in France. After 1920, anti-reformism inspires the nascent French Communist Party in some of its most innovative measures, such as the strict control of the communist parliamentary group. Anti-reformism hence had a true effectiveness, and a great influence over the first communist generation.


Cet article a été publié dans Mil neuf cent, n° 30, 2012 : Le réformisme radical. Socialistes réformistes en Europe (1880-1930), p. 55-71.
Auteur(s) : DUCOULOMBIER (Romain)
Titre : L’antiréformisme de la minorité de guerre et la naissance du Parti communiste en France (1914-1925)
Pour citer cet article : http://www.revue1900.org/spip.php?article192

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?