Revue d’histoire intellectuelle

Accueil > Sommaires > N° 26, 2008 Puissance et impuissance de la critique > La critique littéraire porteuse de discours politique. La Nouvelle Revue (...)

La critique littéraire porteuse de discours politique. La Nouvelle Revue française (1919-1925)La Nouvelle Revue française (1919-1925).

vendredi 25 septembre 2015

DAGAN (Yaël)

Résumé

Quel fut l’impact de la NRF sur l’opinion publique lettrée en France dans les années 1919-1925 ? La réflexion spécifiquement politique occupe une place accessoire dans les sommaires, tant la composante littéraire est écrasante. Mais l’étude de son discours esthétique montre une implication très forte dans le contexte politique, en dépit d’une apparence de détachement des affaires de la cité. Un débat passionné met en rivalité classicisme et romantisme, sous-tendant l’essentiel du contenu critique de la revue. Ainsi, en 1919, le terme classicisme semble être encore étroitement lié à une représentation manichéenne propre à une période du conflit ; en 1924, il apparaît comme l’incarnation d’un rejet de la guerre, celle-ci étant associée de façon négative au romantisme. À travers ce débat, toute une œuvre de révision des valeurs identitaires est mise en route, ce qui n’est pas une contribution politique négligeable.

Abstract

Literary criticism as a vector for political discourse : La Nouvelle Revue Française, 1919-1925.

This article will evaluate the impact of the NRF upon the educated classes in France between 1919 and 1925. Although at first glance literary preoccupations dominated the journal and specifically political discussions occupied a marginal place, examining the aesthetic discourse as a whole reveals a different picture. It shows that the journal was deeply embedded in the political context of the time, despite its outward appearance of detachment. A passionate debate regarding the merits of classicism over romanticism underlay the journal’s critical discussions. Whereas in 1919 the term classicism was linked to a wartime Manichean representation, by 1924 classicism was used to express a rejection of the war, which was instead negatively associated with romanticism. This debate within the NRF reveals how the journal engaged with a post-war process of revising identity values, the political impact of which was far from negligible.


Cet article a été publié dans Mil neuf cent, n° 26, 2008 : Puissance et impuissance de la critique, p. 125-142.
Auteur(s) : DAGAN (Yaël)
Titre : La critique littéraire porteuse de discours politique : La Nouvelle Revue française (1919-1925)
Pour citer cet article : http://www.revue1900.org/spip.php?article138

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?